La Marseillaise

Phrase Originale: La Marseillaise Allons enfants de la Patrie Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie L’étendard sanglant est levé L’étendard sanglant est levé Entendez-vous dans nos campagnes Mugir ces féroces soldats ? Ils viennent jusque dans vos bras égorger vos fils, vos compagnes ! Aux armes citoyens Formez vos bataillons Marchons, marchons Qu’un sang impur Abreuve nos sillons Que veut cette horde d’esclaves De traîtres, de rois conjurés ? Pour qui ces ignobles entraves Ces fers dès longtemps préparés? Ces fers dès longtemps préparés? Français, pour nous, ah! quel outrage Quels transports il doit exciter ? C’est nous qu’on ose méditer De rendre à  l’antique esclavage ! Quoi, ces cohortes étrangères ! Feraient la loi dans nos foyers ! Quoi! ces phalanges mercenaires Terrasseraient nos fils guerriers ! Terrasseraient nos fils guerriers ! Grand Dieu! par des mains enchaînées Nos fronts sous le joug se ploieraient De vils despotes deviendraient Les maîtres des destinées. Tremblez, tyrans et vous perfides L’opprobre de tous les partis Tremblez! vos projets parricides Vont enfin recevoir leurs prix ! Vont enfin recevoir leurs prix ! Tout est soldat pour vous combattre S’ils tombent, nos jeunes héros La France en produit de nouveaux, Contre vous tout prêts à  se battre. Français, en guerriers magnanimes Portez ou retenez vos coups ! épargnez ces tristes victimes A regret s’armant contre nous A regret s’armant contre nous Mais ces despotes sanguinaires Mais ces complices de Bouillé Tous ces tigres qui, sans pitié Déchirent le sein de leur mère ! Nous entrerons dans la carrière Quand nos aînés n’y seront plus Nous y trouverons leur poussière Et la trace de leurs vertus Et la trace de leurs vertus Bien moins jaloux de leur survivre Que de partager leur cercueil Nous aurons le sublime orgueil De les venger ou de les suivre ! Amour sacré de la Patrie Conduis, soutiens nos bras vengeurs Liberté, Liberté chérie Combats avec tes défenseurs ! Combats avec tes défenseurs ! Sous nos drapeaux, que la victoire Accoure à  tes mâles accents Que tes ennemis expirants Voient ton triomphe et notre gloire ! Traduction Latine : Massiliensis Eamus liberi Patriae Diem gloriae accessit ! Contra nos e tyrannide Cruentum vexillum tollitur Cruentum vexillum tollitur Auditisne in agris nostris Istos feros milites mugire ? Veniunt brachiis vestris tenus Filios vestros, conjuges vestras jugulatum ! Arma capite cives Efficite catervas Incedamus, incedamus Impurus cruor Sulcos madefaciat. Quid vult iste grex servorum Proditorum, conjuratorum regum ? Quibus istae sordidae compedes Ista jam diu parata vincula ? Ista jam diu parata vincula ? Francogalli, nobis, pro! Quae ignominia Qui impetus excitandi sunt ? Audent meditari se nosmet Antiquo servitio restituere ! Heus, istae externae cohortes ! In penatibus nostris leges imponerent ! Heus! Istae mercenariae phalanges Bellicos filios nostros prosternerent ! Bellicos filios nostros prosternerent ! Mi Deus! Manibus constrictis Frontes sub jugo flecterentur Sordidi tyranni fiant Domini fatorum. Tremite, tyranni et vos perfidi Opprobrium omnium partium Tremite! Parricidalia consilia Tandem poenas acceptura sunt ! Tandem poenas acceptura sunt ! Omnes milites facti vos pugnabunt Si novi viri nostri cadant Francogallia noviores generabit Cum-vobis prorsus paratos pugnare. Sic Francogalli, ut magnanimi bellatores, Infligite aut retinete ictus ! Abstinete hos tristes hostias Aegre in nos se armantes Aegre in nos se armantes Sed (non) istos sanguinarios tyrannos Sed (non) istos conscios istius « Bouillé Omnes tigres qui sine miseratione Mammam maternam lacerant. Accedemus in curiculum Postquam natu majores eum reliquerint Ibi reperiemus reliquias eorum Et vestigium virtutum Et vestigium virtutum Multo minus cupientibus eis superesse Quam capulos cum eis partiri Nobis erit alta superbia Eorum ulciscendorum aut sequendorum ! Caritas sacrae Patriae Duc, sustine ulciscentes lacertos Libertas, cara Libertas Pugna cum defensoribus tuis ! Pugna cum defensoribus tuis ! Sub vexillis nostris, victoria Vehementibus clamatibus subveniat Hostes morientes Victoriam tuam gloriamque nostram videant. Vocabulaire et grammaire: Massiliensis, is : marseillais(e), le (ou la) Marseillais(e) Tyrannis, idis, f : la tyrannie, le pouvoir absolu d’un souverain Vexillum tollo, is, ere, sustuli, sublatum : lever l’étendard Cruentus, a, um : sanglant Ferus, a, um : cruel, féroce Mugio, is, ire, ii ou ivi, itum : mugir Tenus : jusque Brachium, ii, n : le bras Conjux, jugis, f : l’épouse, la compagne Jugulo, as, are, avi, atum : égorger Arma, orum, npl : les armes Efficio, is, ire, feci, fectum : achever, exécuter, produire, réaliser Caterva, ae, f : le bataillon Incedo, is, ere, cessi, cessum : marcher Impurus, a, um : impur Cruor, oris, m : le sang (qui coule) Sulcus, i, m : le sillon Madefacio, is, ere, feci, factum : arroser, mouiller Grex, gregis, m : la horde, le troupeau (d’hommes), la bande Proditor, oris, m : le traître Conjuro, as, are, avi, atum : conjurer Sordidus, a, um : ignoble, vil Compedes, ium, fpl : l’entrave Vinculum, i, n : les liens (d’un prisonnier) Ignominia, ae, f : l’outrage Impetus, us, m : le transport (mouvement passionnel) Excito, as, are, avi, atum : faire sortir, faire lever, exciter, animer Audeo, es, ere, ausus sum : oser Meditor, aris, ari, atus sum : méditer Servitium, ii, n : la servitude, l’esclavage, la condition d’esclave Restituo, is, ere, tui, tutum : rendre, remettre à  son ancien état Cohors, tis, f : la cohorte Externus, a, um : étranger Penates, ium, mpl : la maison, le foyer Leges impono, is, ere, ui, itum : faire la loi Mercenarius, a, um : mercenaire Phalanx, angis, f : la phalange (militaire) Bellicus, a, um : guerrier Prosterno, is, ere, stravi, stratum : jeter bas, terrasser Constringo, is, ere, strinxi, strictum : enchaîner, lier ensemble Frons, tis, f : le front Jugum, i, n : le joug Flecto, is, ere, flexi, flexum : ployer, courber Tyrannus, i, m : tyran (au sens grec), mais aussi despote, usurpateur Fatum, i, n : la destinée Tremo, is, ere, ui, – : trembler Perfidus, a, um : perfide Opprobrium, ii, n : l’opprobre Partes, ium, fpl : les partis Parricidalis, is, e : parricide Consilium, ii, n : le conseil, le projet, la détermination, l’intention Poena, ae, f : la punition, le châtiment Vir, i, m : l’homme, mais aussi le héros Genero, as, are, avi, atum : engendrer Magnanimus, a, um : magnanime Bellator, oris, m : le guerrier Ictum infligo, is, ere, flixi, flictum : porter un coup Ictum retineo, es, ere, tinui, tentum : retenir un coup Abstineo, es, ere, tinui, tentum : s’abstenir de, tenir éloigné de, épargner Hostia, ae, f : la victime Aegre : à  regret Sanguinarius, a, um : sanguinaire Conscius, ii, m : le complice Tigris, is(idis), m(prose) et f(poésie) : le tigre Miseratio, onis, f : la pitié Mamma, ae, f : le sein Maternus, a, um : maternel Lacero, as, are, avi, atum : déchirer Accedo, is, ere, cessi, cessum : aller vers, se rendre dans Cursus, us, m : la carrière Natu major, oris : l’aîné Reperio, is, ire, repperi et reperi, repertum : trouver Reliquiae, arum, fpl : les restes, les cendres (d’un mort) Vestigium, ii, n : la trace Supersum, es, esse, fui, – : survivre Capulus, i, m : le cercueil Partior, iris, iri, itus sum : partager Altus, a, um : haut, sublime Superbia, ae, f : l’orgueil, la fierté Ulciscor, eris, i, ultus sum : venger Sustineo, es, ere, tinui, tentum : soutenir Lacertus, i, m : le muscle, le bras, la force Carus, a, um : chéri, estimé Defensor, oris, m : le défenseur Vexillum, i, n : l’étendard, le drapeau Vehemens, entis : emporté, énergique Victoria, ae, f : la victoire, le triomphe

Cendrillon, dernier couplet

Cendrillon (Téléphone), extrait, traduction chantée pour l’anniversaire d’un copain. Phrase Originale: Notre père qui êtes si vieux As-tu vraiment fait de ton mieux Car sur la terre et dans les cieux Tes anges n’aiment pas devenir vieux Traduction Latine : Pater noster qui senex es Num quam optime curavisti ? Nam in terra et in caelis Timent senescere angeli nota bene : pour que le rythme du 3e vers soit en phase avec la métrique de la chanson originale, chanter : “nam in terra et in [tchélis]”.

Victor Hugo – Ultima Verba

Ces derniers vers du recueil Les Châtiments montrent l’engagement poétique de Victor Hugo omniprésent même à  travers l’exil. Phrase Originale: “Si l’on n’est plus que mille, eh bien, j’en suis! Si même Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla S’il en demeure dix, je serai le dixième Et s’il n’en demeure qu’un, je serai celui-là !” Traduction Latine : Si solum mille sumus, age, adsum. Etiamsi Solum centum sunt, iterum Syllam lacesso. Si decem in fide stant, decimus ero. Et si solum unus manet, hic ero Vocabulaire et grammaire: v.1 : – mille (inv): 1000 – adsum : je suis présent : j’en suis – traduction de “”on”” par “”nous”” – Phrase de condition : cf gramaire paragraphe 515 – plus que : traduction par seulement – age, agite : eh bien : v.2 : – etiamsi :si même : – centum (invariable aussi) : 100 – lacesso, es, ere : braver – iterum : encore v.3 : – maneo, es, ere : demeurer dans le sens de demeurer fidèle : in fide sto, as, are – decem :10 – decimus : le 10ème

L’aventurier

Phrase Originale: L’aventurier Egaré dans la vallée infernale Le héros s’appelle Bob Morane A la recherche de l’ombre jaune Le bandit s’appelle Mr Kali-Jones Avec l’ami Bill Ballantine Sauvé de justesse des crocodiles Stop au trafic des Caraà¯bes Escale dans l’opération Nadawieb Le coeur tendre dans le lit de Miss Clark Prisonière du sultan de Jarawak En pleine terreur à  Manicouagan Isolée dans la jungle Birmane Emprisonnant les flibustiers L’ennemi est démasqué On a volé le collier de Civa Le maharaja en répondra Et soudain surgit face au vent Le vrai héros de tous les temps Bob Morane contre tout chacal L’aventurier contre tout guerrier Bob Morane contre tout chacal L’aventurier contre tout guerrier Dérivant à  bord du Sampan L’aventure au parfum d’Ylalang Son surnom, Samoura௠du Soleil En démantelant le gang de l’archipel L’otage des guerriers de Doc Xathan Il s’en sortira toujours à  temps Tel l’aventurier solitaire Bob Morane est le roi de la Terre Et soudain surgit face au vent Le vrai héros de tous les temps Bob Morane contre tout chacal L’aventurier contre tout guerrier Bob Morane contre tout chacal L’aventurier contre tout guerrier Traduction Latine : Planus In valle infera deerrans Vir fortis Bobus Moranus est Umbram flavam quaerens Latro vir Kali-Jonus est Cum amico Billo Ballantino Salvus in extremis e crocodilis Sta mercaturae Caraibum Statio in re agenda Nadawiebe Cor tenerum in lecto dominae Clarkae Captivae turcarum Jarawaki In terrore toto Manicouagani Separatae in silva Birmana In carcerem conjiciens fures Hostis apertus est Torques Civae reptus est Rex ei respondebit Et subito adverso vento surgit Verus vir fortis omnium temporum Bobus Moranus contra omnem thoem Planus contra omnem bellatorem Bobus Moranus contra omnem thoem Planus contra omnem bellatorem Deferens in navi Sampani Casus cum odore Ylalangi Cognomen suum, bellator solis Solvens centuriam insularum complurum Obses bellatorum Doci Xathani Semper opportune se expediet Talis planus solitarius Bobus Moranus rex Terrae est Et subito adverso vento surgit Verus vir fortis omnium temporum Bobus Moranus contra omnem thoem Planus contra omnem bellatorem Bobus Moranus contra omnem thoem Planus contra omnem bellatorem Vocabulaire et grammaire: Planus, i, m = aventurier vallis, is, f = vallée inferus, a, um = infernal deerrans, antis = égaré vir fortis = héros umbra, ae, f = ombre flavus, a, um = jaune quaero, is, ere, sivi, situm = rechercher latro, onis, m = bandit salvus = sauvé crocodilus, i, m = crocodile sta ! = halte ! mercatura, ae, f = trafic Caraibes, um, f plu = Caraà¯bes (mot inventé. on profite de sa syntaxe pour l’attribuer à  la troisième déclinaison pluriel) statio, onis, f = escale res agenda = opération cor, cordis, n = coeur tener, era, erum = tendre lectus, i, m = lit captivus, a, um = prisonnier turcarum = sultan terror, oris, m = terreur Manicouagani = locatif de Manicouagan (inventé) separatus, a, um = isolé silva, ae, f = forêt in carcerem conjicio, is, ere, jeci, jectum = emprisonner fur, furis, m = voleur hostis, is, m = ennemi apertus, a, um = découvert torques, is, m = collier surripio, is, ere, ripui, reptum = voler (dérober) rex, regis, m = roi respondeo, es, ere, spondi, sponsum = répondre subito = soudain adversus, a, um = en face ventus, i, m = vent surgo, is, ere, surrexi, surrectum = surgir verus, a, um = vrai omnis, e = tout tempus, oris, n = temps contra = contre thos, thois, m = chacal bellator, oris, m = guerrier deferor, eris, ri = dériver in navi = à  bord (dans le bateau) casus, us, m = aventure odor, odoris, m = parfum cognomen, minis, n = surnom sol, solis, m = soleil solvo, is, ere, solvi, solutum = dissoudre centuria, ae, f = réunion de gens armés insulae complures = archipel obses, idis, m = otage opportune = à  temps se expedio, is, ire, ivi, itum = se sortir d’un embarras talis, e = tel solitarius, a, um = solitaire

L’Horloge (partiel)

de Baudelaire Phrase Originale: Trois mille six cent fois par heure, la Seconde Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix D’insecte, Maintenant dit : je suis Autrefois, Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde ! Traduction Latine : Ter millies sescenties in horis singulis, Minima pars horae Insusurrat : reminiscere ! – Rapida, cum voce sua Bestiolae, Nunc dicit : sum Antea, Et vitam tuam sustuli cum immunda mea proboscide ! Vocabulaire et grammaire: ter millies (adv) = 3000 fois sescenties (adv) = 600 fois Donc trois mille six cents fois : “”Ter millies sescenties””. (merci à  cirlalu, membre de notre forum, d’avoir apporté ces précisions numériques) hora, ae, f = heure (division du jour) minima pars horae = seconde insusurro, as, are, avi, atum = chuchoter reminiscor, eris, i = se souvenir rapidus, a, um = rapide vox, vocis, f = voix bestiola, ae, f = insecte antea = autrefois tollo, is, ere, sustuli, sublatum = pomper (possède également un sens de destruction) proboscis, cidis, f = trompe immundus, a, um = immonde

Que je t aime

Chanson Originale: Que je t’aime (Johnny Hallyday) Quand tes cheveux s’étalent Comme un soleil d’été Et que ton oreiller Ressemble aux champs de blé Quand l’ombre et la lumière Dessinent sur ton corps Des montagnes des forêts Et des îles aux trésors Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime ! Quand ta bouche se fait douce Quand ton corps se fait dur Quand le ciel dans tes yeux D’un seul coup n’est plus pur Quand tes mains voudraient bien Quand tes doigts n’osent pas Quand ta pudeur dit non D’une toute petite voix Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime ! Quand tu n’te sens plus chatte Et que tu deviens chienne Et qu’à  l’appel du loup Tu brises enfin tes chaînes Quand ton premier soupir Se finit dans un cri Quand c’est moi qui dis non Quand c’est toi qui dis oui Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime ! Quand mon corps sur ton corps Lourd comme un cheval mort Ne sait pas ne sait plus S’il existe encore Quand on a fait l’amour Comme d’autres font la guerre Quand c’est moi le soldat Qui meurs et qui la perd Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime Que je t’aime, que je t’aime, que je t’aime ! Traduction Latine : à” te amo Cum crines tui pandunt Aestatis solem Et cum torus tuus Frumenti videtur Cum umbra lumenque Corpo tuo designant Montes silvas et Insulas thesauri Te amo, O te amo, te amo Te amo, O te amo, te amo ! Cum os tuum tenera Cum corpus tuum durat Cum caelus in lumina tua Subito non merus Cum manus tuae volunt Cum digiti timent Cum pudor tua non vult Minima voce Te amo, O te amo, te amo Te amo, O te amo, te amo ! Cum tu non felem sentis Et jam tu canis fis Et cum lupus calat Nexus exolvis Cum primum suspirium In clamore finit Cum ego jam nolo Cum tu jam sic dicis Te amo, O te amo, te amo Te amo, O te amo, te amo ! Cum super te corpus Ut equus mortuus Nescit neque scit jam Si etiam, etiam, est Cum amori operam datam Cum alii bellum gerunt Cum ego miles sum Qui perit, amittit Te amo, O te amo, te amo Te amo, O te amo, te amo ! Vocabulaire et grammaire: Ut + IND : (1) Quand, lorsque ; (2) comme (pour « comme d’autres font la guerre “) Torus, i, m : coussin, oreiller Designo, as are : dessiner Thesaurus, i, m : trésor Os, oris, f : bouche Tenerus, a, um : tendre Lumen, inis, n : la lumière ; en poésie : les yeux, le regard Volo, vis, are : vouloir Timeo, es, ere : craindre, ne pas oser Nolo, non vis, nolle : ne pas vouloir Feles, is, f : chat, chatte Fio, fieri, factus sum : devenir Aliquem vinculis exolvere : délivrer qqn de ses chaînes, liens Nitor, eris, nixus sum : s’appuyer sur Gravis, is, e : lourd Non…haud : ne pas Non…jam : ne plus Amori operam dare : faire l’amour, se consacrer à  l’amour Bellum gerere : faire la guerre

Santiano

Phrase Originale: Santiano C’est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau. Hisse et ho, Santiano ! Dix huit noeuds, quatre cent tonneaux : Je suis fier d’y être matelot. Tiens bon la vague tiens bon le vent. Hisse et ho, Santiano ! Si Dieu veut toujours droit devant, Nous irons jusqu’à  San Francisco. Je pars pour de longs mois en laissant Margot. Hisse et ho, Santiano ! D’y penser j’avais le coeur gros En doublant les feux de Saint-Malo. Tiens bon la vague tiens bon le vent. Hisse et ho, Santiano ! Si Dieu veut toujours droit devant, Nous irons jusqu’à  San Francisco. On prétend que là -bas l’argent coule à  flots. Hisse et ho, Santiano ! On trouve l’or au fond des ruisseaux. J’en ramènerai plusieurs lingots. Tiens bon la vague tiens bon le vent. Hisse et ho, Santiano ! Si Dieu veut toujours droit devant, Nous irons jusqu’à  San Francisco. Un jour, je reviendrai chargé de cadeaux. Hisse et ho, Santiano ! Au pays, j’irai voir Margot. A son doigt, je passerai l’anneau. Tiens bon le cap tiens bon le flot. Hisse et ho, Santiano ! Sur la mer qui fait le gros dos, Nous irons jusqu’à  San Francisco. Traduction Latine : Santiane Hic famosus tres-malus tenuis est ut ales est. Subduce et heus, Santiane ! Duodeviginti nodi, quadringentae Amphorae : Superbus sum ut in illo nauta sum. Resiste fluctum, resiste ventum. Subduce et heus, Santiane ! Si semper recte fronte vult Deus, Ibimus usque San Franciscum. Proficisco longis mensibus relinquens Margotam. Subduce et heus, Santiane ! Cogitans huic maestum cor habebam Me superente ignem Sainti-Mali. Resiste fluctum, resiste ventum. Subduce et heus, Santiane ! Si semper recte fronte vult Deus, Ibimus usque San Franciscum. Pecunia contenditur fundere fluminibus illic. Subduce et heus, Santiane ! Aurum invenitur in fundo rivorum. Reducam plura lateres ejus. Resiste fluctum, resiste ventum. Subduce et heus, Santiane ! Si semper recte fronte vult Deus, Ibimus usque San Franciscum. Propediem, redibo gravatus munerum. Subduce et heus, Santiane ! Ad terra, ibo videre Margotam. Ad digito suo, induam anulum. Resiste cursum resiste undam. Subduce et heus, Santiane ! Supra mare quae facit crassum dorsum, Ibimus usque San Franciscum. Vocabulaire et grammaire: Remarques : malus, i, m = mât tenuis, e = fin, mince ales, itis, f = être ailé, oiseau Hic famosus tres-malus subtilis est ut volucris est = ce fameux trois-mâts est fin comme l’oiseau l’est (impossible de trouver “”comme”” en latin sans introduire une nouvelle proposition, je crois…) Superbus, a, um = fier nauta, ae, m = homme employé à  la manoeuvre d’un navire Superbus sum ut in illo nauta sum = (littéralement) Je suis fier car je suis matelot dans celui-ci resisto, is, ere, stiti = tenir bon, résister frons, frontis, f = front, face, façade >> fronte = devant usque + acc “”ville X”” = jusqu’à  “”ville X”” mensis, is, m = le mois relinquens = en laissant Cogitans huic maestum cor habebam = en pensant à  cela, j’avais le coeur mélancolique Me superente ignem Sainti-Mali = abl absolu : moi doublant/dépassant les feux de St Malo Pecunia contenditur fundere fluminibus illic = tournure passive pour traduire la tournure impersonelle fraçaise : l’argent est prétendue couler à  flots là -bas Aurum invenitur in fundo rivorum : même remarque ejus = de cela (or) Propediem = un de ces jours munus, eris, n = cadeau induo, is, ere, dui, dutum = mettre un vêtement, une armure >> enfiler l’anneau cursus, us, m = course, trajet >> cap unda, ae, f = onde, flot Supra + acc = marque la position au dessus de quelque chose

Les démons de minuit

Phrase Originale: Les démons de minuit Rue déserte Dernière cigarette Plus rien ne bouge Juste un bar qui éclaire le trottoir D’un néon rouge J’ai besoin De trouver quelqu’un J’peux pas dormir Je cherche un peu de chaleur A mettre dans mon coeur Ils m’entrainent au bout de la nuit Les démons de minuit Ils m’entrainent jusqu’à  l’insomnie Les fantômes de l’ennui Dans mon verre Je regarde la mer Qui se balance J’veux un disque De Funky Music faut que ça danse J’aime cette fille Sur tallons aiguilles Qui se déhanche Ca met un peu de chaleur Au fond de mon coeur Ils m’entrainent au bout de la nuit Les démons de minuit Ils m’entrainent jusqu’à  l’insomnie Les fantômes de l’ennui Ils m’entrainent au bout de la nuit Les démons de minuit Ils m’entrainent jusqu’à  l’insomnie Les fantômes de l’ennui J’aime cette fille Sur tallons aiguilles qui se déhanche Ca met un peu de chaleur Au fond de mon coeur Ils m’entrainent au bout de la nuit Les démons de minuit Ils m’entrainent jusqu’à  l’insomnie Les fantômes de l’ennui Traduction Latine : Daemones mediae noctis via vacua Ultima fistula nicotiana Nihil amplius movet Solum una taberna quae semitam lucet Cum rubea lucerna Opus est Invenire quidam Non dormire possum Paucos calores quaereo Ut ponam in corde meo Me trahunt in extremam noctis Daemones mediae noctis Me trahunt ad insomnias Mostella taedii In vitreo meo Mare considero Quae jactatur Volo orbem Funkiorum musicorum Oportet saltare Amo illam adulescentulam Cum altis fulmentis Quae se movet Hoc ponet paucos calores In fundo mei cordis Me trahunt in extremam noctis Daemones mediae noctis Me trahunt ad insomnias Mostella taedii Me trahunt in extremam noctis Daemones mediae noctis Me trahunt ad insomnias Mostella taedii Amo illam adulescentulam Cum altis fulmentis Quae se movet Hoc ponet paucos calores In fundo mei cordis Me trahunt in extremam noctis Daemones mediae noctis Me trahunt ad insomnias Mostella taedii Vocabulaire et grammaire: fistula nicotiana = cigarette nihil amplius = rien en plus taberna, ae, f = taverne semita, ae, f = trottoir cum rubea lucerna = avec une lampe rouge opus est = il est besoin = j’ai besoin ut ponam = afin que je mette vitreum, i, n = verre à  boire orbis, is, m = objet de forme circulaire funkiorum : la musique funky est un dérivé africain du rock et du jazz (intraduisible) adulescentula, ae, f = la jeune femme fulmenta, ae, f = pièce placée sous le talon pour l’exhausser se movere = se remuer

Au bout de mes reves (Jean Jacques Goldman)

Phrase Originale: Au bout de mes rêves (Jean Jacques Goldman) Et même si le temps presse Même s’il est un peu court Si les années qu’on me laisse Ne sont que minutes et jours Et même si l’on m’arrête Ou s’il faut briser des murs En soufflant dans des trompettes Ou à  force de murmures J’irai au bout de mes rêves Tout au bout de mes rêves J’irai au bout de mes rêves Où la raison s’achève Tout au bout de mes rêves J’irai au bout de mes rêves Tout au bout de mes rêves Où la raison s’achève Tout au bout de mes rêves Et même s’il faut partir Changer de terre ou de trace S’il faut chercher dans l’exil L’empreinte de mon espace Et même si les tempêtes Les dieux mauvais, les courants Nous feront courber la tête Plier genoux sous le vent Et même si tu me laisses Au creux d’un mauvais détour En ces moments où l’on teste La force de nos amours Je garderai la blessure Au fond de moi, tout au fond Mais au-dessus je te jure Que j’effacerai ton nom. Traduction Latine : Ad extremitatem voluntatum Et etiamsi tempus urgeat, Paulum breve sit, Anni quos mihi relinquant, Minutas diesque tantum sint, Etiamsi vel me teneant, Vel muros frangendos sint Tubis inflandis, Aut murmurationibus, Exsequar tamen voluntates, Omnino ad extremitatem voluntatum. Exsequar voluntates, Ubi ratio terminatur, Omnino ad extremitatem voluntatum. Exsequar voluntates, Omnino ad extremitatem voluntatum, Ubi ratio terminatur, Omnino ad extremitatem voluntatum. Et etiamsi debeam proficisci, Se terrae aut signo movere, In exsilio quaerere Signum temporis mei, Etiamsi tempestates, Mali di, afflatus Faciant ut jugum accipiamus, Vento succumbamus, Et etiamsi me relinquas Medium mali deverticuli Ut temptamus Vim amorum, Vulnus mihi manebit, Etiam viscerum omnino Sed sub eo tibi juro Me memoriam nominis tui sublaturum esse. Vocabulaire et grammaire: voluntas, atis, f : le désir, l’envie urgeo, es, ere, ursi, – : presser tuba, ae, f : la trompette murmuratio, onis, f : le murmure termino, as, are, avi, atum : borner, limiter, terminer proficiscor, eris, i, profectus sum : partir exsilium, ii, n : l’exil tempestas, atis, f : la tempête afflatus, us, m : le courant (aérien) jugum accipio, is, ere, -cepi, -ceptum : courber la tête succumbo, is, ere, -cubui, -cubitum : plier cava, orum, npl : le trou, le creux deverticulum, i, n : le détour tempto (tento), as, are, avi, atum : toucher, examiner, mettre à  l’épreuve viscera, um, npl : le fond de l’âme memoriam rei tollo, is, ere, sustuli, sublatum : effacer qqchose de son souvenir

Allumer le feu

Chanson Originale: Tourner le temps à  l’orage Revenir à  l’état sauvage Forcer les portes, les barrages Sortir le loup de sa cage Sentir le vent qui se déchaîne Battre le sang dans nos veines Monter le son des guitares Et le bruit des motos qui démarrent. Il suffira d’une étincelle D’un rien, d’un geste Il suffira d’une étincelle, Et d’un mot d’amour Pour Allumer le feu Allumer le feu Et faire danser les diables et les dieux Allumer le feu Allumer le feu Et voir grandir la flamme dans vos yeux Allumer le feu Laisser derrière toutes nos peines Nos haches de guerre, nos problèmes Se libérer de nos chaînes Lâcher le lion dans l’arène Je veux la foudre et l’éclair L’odeur de poudre, le tonnerre Je veux la fête et les rires Je veux la foule en délire Il suffira d’une étincelle D’un rien, d’un contact Il suffira d’une étincelle D’un peu de jour Pour Allumer le feu Allumer le feu Et faire danser les diables et les dieux Allumer le feu Allumer le feu Et voir grandir la flamme dans vos yeux Allumer le feu Il suffira d’une étincelle D’un rien, d’un geste Il suffira d’une étincelle D’un mot d’amour pour Allumer le feu Allumer le feu Et faire danser les diables et les dieux Allumer le feu Allumer le feu Et voir grandir la flamme dans vos yeux Oh ! Allumer le feu Allumer le feu Et faire danser, les diables et les dieux Allumer le feu Allumer le feu Et voir grandir la flamme dans vos yeux Allumer le feu Allumer le feu Allumer le feu Allumer le feu Traduction Latine : Ad procellam temporem advertere Ad ferum statum redire Forem, murum cogere Lupum vinculis exsolvere Ventum consurgendum sentire In venas vestrum sanguinem fligere Cithararum sonum augere Et sonius currus profiscendi Ignis exiguus sufficiet Minime, motus Ignis exiguus sufficiet Verbum amori Ad Ignem accendendum Ignem accendere Et ferant pedem choris, diabolis deique Ignem accendere Ignem accendere Et in oculos vestrum flammam crescere videre Ignem accendere Omnias molestias post relinquere Arma, luta nostri Ab cadenas nostras liberare Leonem in arena emittere Fulgura volo Odor cremi, ingentus sonitus Comissatum ridereque volo Multitudinem in larvata volo Ignis exiguus sufficiet Minime, tactus Ignis exiguus sufficiet Paulum diei Ad Ignem accendendum Ignem accendere Et ferant pedem choris, diabolis deique Ignem accendere Ignem accendere Et flammam in oculum tuum crescere videre Ignem accendere Ignis exiguus sufficiet Minime, motus Ignis exiguus sufficiet Verbum amori ad Ignem accendendum Ignem accendere Et ferant pedem choris, diabolis deique Ignem accendere Ignem accendere Et flammam in oculum tuum crescere videre Pro ! Ignem accendere Ignem accendere Et ferant pedem choris, diabolis deique Ignem accendere Ignem accendere Et flammam in oculum tuum crescere videre Ignem accendere Ignem accendere Ignem accendere Ignem accendere Vocabulaire et grammaire: Procella, ae, f : orage Vinculum,i,n : attache, lien, employé ici pour « cage ” Cithararum,i,n : cithare (les guitares électriques n’existaient pas à  l’époque…) Currus,us,m : char (les motos non plus…) Ignis,is,m : flamme, feu, éteincelle (c’est du tout en un, en somme) ferre pedem choris : danser lutum,i,n : bourbier (=situation à  problème). Peut aussi s’employer comme insulte : « ordure ! ” Odor cremi : l’odeur du bois sec pour « odeur de poudre ” Ingentus sonitus : énorme bruit ou bruit de tonnerre pour « le tonnerre ”